AccueilÀ proposNous joindrePlan du siteRechercher

Pourquoi joue-t-on?

Habituellement, les gens prennent part à un jeu de hasard et d’argent dans le but de gagner un montant d’argent ou un objet qu’ils convoitent. Certaines personnes jouent aussi pour le plaisir ou l’excitation que cela leur procure. D’autres jouent pour ne pas être en reste dans un groupe (par exemple, dans un groupe d’achat de billets de loterie au travail ou lors d’une sortie au Casino). Certains individus jouent dans le but d’améliorer leur situation, de gagner un montant d’argent suffisant pour leur permettre de modifier drastiquement leur style de vie, de prendre leur retraite plus tôt, etc. Bref, il existe plusieurs raisons qui peuvent nous inciter à prendre part à un jeu de hasard et d’argent.

Lorsqu’ils jouent, la plupart des gens sont réalistes par rapport aux probabilités qu’ils ont de gagner. Bien sûr, il nous est tous arrivé d’acheter un billet de loterie et de rêver à tout ce qui pourrait arriver si on gagnait le gros lot! On se met alors à imaginer tout ce que l’argent gagné nous permettrait de faire : payer ses dettes, changer de voiture, voyager, gâter sa famille et ses amis, arrêter de travailler, soutenir un organisme qui nous tient à cœur, etc. Habituellement, cette période de rêverie cesse une fois que nous reviennent en tête les probabilités réelles de gagner.  À titre d’exemple, pour le 6-49, les probabilités de gagner le gros lot avec une participation sont de 1 / 13 983 816.

Plus de 80% des Québécois ont joué à un jeu de hasard et d'argent au moins une fois dans leur vie. Pour la majorité des Québécois, jouer ne pose pas de problème de contrôle et la participation à ces jeux n’entraîne pas de conséquences négatives. Malheureusement, selon une étude de 20121 réalisée auprès de 12 008 québécois, on estime que 1,4% de la population sont des joueurs à risque modéré et 0,4% ont un problème de jeu. Néanmoins, il est estimé que 33,4% de la population ne joue pas, 61,8% sont des joueurs sans problème et 2,9% des joueurs sont à faible risque de développer un problème de jeu.

 

1 Kairouz, S., Nadeau, L. (2014). Portrait du jeu au Québec: Prévalence, incidence et trajectoires sur quatre ans (rapport no 2009-EP-130876). Montréal, Québec : Université Concordia. 

École de psychologie
Pavillon Félix-Antoine-Savard, 2325 rue des Bibliothèques, Local 1116
Université Laval, Québec (Qc) G1V 0A6 Téléphone: (418) 656-5383 Courriel: jeux@psy.ulaval.ca
Ce site utilise TYPO3 Réalisation: Équipe Tactic